dimanche 19 janvier 2014

I'll be counting the layers and the millions of mirrors.

COMPLETE RANDOMNESS.

On dirait que j'ai encore accidentellement laissé passer presque 3 semaines sans article, quelle blogueuse de merde improductive je fais. Le premier article de l'année sera, à l'image de ce blog, un joyeux bordel.

Donc, pour reprendre où j'ai abandonné, j'ai passé un agréable réveillon du premier de l'an en petit comité, en compagnie de quelques-unes des rares personnes que j'arrive encore plus ou moins à apprécier parmi le cercle de personnes dans lequel le Chevelu et moi-même gravitons. Je vais me répéter (qu'importe, je suis chez moi et je fais ce que je veux), mais je ressens cruellement le manque d'un groupe de personnes, ou même d'une seule, qui seraient mes ami.e.s (et pas ceux du Chevelu devenus miens par extension très entendue) et que je prendrais plaisir à voir et passer du temps en leur compagnie. Bref.

Ensuite, je n'ai plus ou moins rien foutu pendant presque deux semaines. Joie. Si il était possible de faire carrière en passant des heures sur son canapé avec un PC sur les genoux ma vie prendrait un sacré tournant. Je devrais peut-être me poser des questions quand 80% des choses qui m'intéressent dans la vie sont virtuelles.

Puis est arrivée la rentrée du semestre lundi dernier. J'ai donc la joie d'errer pour la presque moitié de mon temps passé dans cette fac délabrée dans les cours du parcours administration soit Sciences Politiques, Sciences Juridiques et Économie. Hum hum. HUM HUM. J'entends encore la prof référente du semestre dernier nous exhorter à ne pas choisir un parcours pour les matières qu'il ne contient pas mais celles qu'il contient ; pourtant madame la perspective de ne plus avoir à me taper de littérature ni de phonétique m'enchante à un point que vous pourriez difficilement imaginer. Je suis par contre extrêmement dépitée de devoir plus ou moins dire adieu à mon petit groupe d'amis cultivé pendant un an et demi, puisqu'ils ont tous choisi un parcours différent du mien et que nos agendas ne nous permettent même pas de manger ensemble une fois par semaine... *sigh* Je ne dois pas avoir été programmée pour conserver des relations sociales durables, tous les éléments semblent se liguer contre mes efforts.

Bon, donc mes cours sont d'un intérêt relatif à mes yeux et l'emploi du temps qu'on nous a imposé pourrait difficilement avoir été plus mal pensé mais je n'ai pas encore perdu tout espoir quant à ce semestre. Et puis même si la deadline est inhumainement proche je vais faire un exposé sur les sorcières de Salem, c'est quand même pas dégueu.

Oh, je vais également me faire tatouer dans une petite dizaine de jours. ♡ (et me suis (re-)découvert une passion pour les tatouages mettant en scène la géométrie sacrée et les aplats de noir (ou d'autres couleurs d'ailleurs). Je suis pas rendue hein. Pardon maman.)



Voilà plus ou moins ce qu'il s'est passé ces derniers temps dans ma vie.

Sinon peut être que quelques personnes l'auront remarqué si d'aventure vous vous êtes perdus ici ces derniers jours, mais presque toutes les images avaient disparu, remplacées par un hideux sens-interdit tout gris. Le problème devrait être résolu après une petite séance d'arrachage de cheveux à ré-éditer tous mes articles. Si je ne me trompe pas ça a été provoqué parce que j'ai triffouillé dans l'album photo lié au blog de mon compte google plus. Donc si il vous prenait l'envie d'aller voir ce qu'il en est de votre côté, un conseil : ne touchez pas à l'album portant le nom de votre blog...!

Sur ce. 

6 commentaires:

  1. AH BAH BRAVO ! (pour ton trifouillage d'album !) lol. Jsuis sûreque ça finira par m'arriver aussi é_è.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te le souhaite pas c'est vraiment la LOSE de l’extrême x) Heureusement j'avais à peu près toutes les images sur mon ordi quoi...

      Supprimer
  2. C'est marrant - enfin, tout dépend ce que l'on entend par marrant ceci dit, mais je me faisais plus ou moins la même réflexion il y a quelques temps. La plupart des personnes que je côtoie sont des amis de G. qui sont du coup devenus les miens, ou des amis d'amis plus qu'autre chose ; alors que je rêve d'un super groupe soudé à la Sailor Moon et compagnie. La solitude, ça pèse malgré tout, et avoir des amis "à soi", si je puis dire, ça fait quand même du bien.

    Ah mais si seulement nous vivions tous à côté ! Je crois que ça rendrait les choses plus simples.

    Sinon pour la fac, je trouve ça génial de pouvoir faire un exposé sur les sorcières de Salem, ça rattrape plus ou moins le reste. Garder la même bande d'amis à la fac c'est souvent mission impossible hélas... Et pour les autres matières, je ne sais que te dire, pour ma part la notion seule de science politique suffit à me faire fuir en courant.

    (Ton colis devrait partir mardi si tout va bien, au fait !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà. Et puis même depuis le temps que je les connais maintenant j'ai toujours un peu l'impression de pas être à ma place, d'être la-copine-de-... C'est lassant.

      Oh oui...!

      Je me suis jetée sur le sujet avant que les autres aient le temps de réfléchir ahah ^^ J'avoue que ces cours me font vraiment peur, mais bon, au moins ça me change... ahem.

      (Super ! un colis ? :o)

      Supprimer
  3. Avoir des ami(e)s, ses propres ami(e)s qu'est-ce que j'aimerai aussi. Mais je comprends tout à fait le sentiment de être la copine de pour le peu de fois où je me suis retrouvée avec des amis de mon amoureux. Mais en général c'est un peu la grande solitude et on dirait jamais non à une belle relation de partage, complicité et j'en passe avec une personne.

    En tout cas courage pour la fac et le retour en cours qui doit être du plus évident. Et puis là pense à la joie des jours qui passent en attendant le tatouage :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois que ce sentiment a l'air d'être partagé par beaucoup...

      Merci beaucoup :) Ah oui, plus que quelques jours !

      Supprimer