lundi 9 février 2015

He said that there is no such thing as forgiveness, that people just have short memories.

Dernièrement sur mon écran.


Ce gif était sur mon tumblr depuis un long moment, bizarrement je n'avais jamais cherché son origine. Quand la curiosité m'a enfin frappée j'ai découvert qu'il est tiré du film August: Osage County. C'est un drame qui voit se réunir les membres d'une famille éparpillés aux quatre coins des États-Unis dans la maison familiale en Oklahoma, suite à la disparition mystérieuse du père. Les vieilles rancœurs sont remises à jour et les personnalités des trois sœurs, qui ont chacune des vies bien différentes, et de leur mère s'entrechoquent.
J'ai adoré ce film pour son ambiance déjà, la lourdeur de l'été à Osage County transparait à travers les images et on est directement transporté dans les plaines du sud. Le cynisme et la violence des interactions entre les personnages monte crescendo tout au long du film, ponctués par moments d'un humour teinté lui aussi de ressentiment.
Je ne sais pas si c'est parce que j'ai moi-même une approche particulière des relations familiales (enfin je n'en suis pas au point de ce film je vous rassure hein) mais j'ai trouvé que l'ensemble sonnait particulièrement vrai. La grosse surprise c'était l'apparition de Benedict Cumberbatch en plein milieu du film, je n'avais pas regardé le cast et n'avait aucune idée qu'il y avait un rôle ! Son personnage apporte une touche de naïveté dans cette atmosphère assez dure.


J'ai ensuite vu Málmhaus (Metalhead). Quand je suis tombée sur l'affiche, il y a plus d'un an maintenant, j'étais complètement emballée par l'idée : dit comme ça, un film islandais sur une metalleuse, ça n'annonce que du bien... Vous vous en doutez peut-être j'ai assez vite déchanté en me posant devant la bête.
Donc on fait vite la connaissance de Hera et de sa famille. Suite à la mort violente de son frère, Hera ne parvient pas à faire son deuil et à vivre sa vie. Elle se plonge dans la musique - le metal, la seule chose qui la motive et la passionne.
Bon déjà, là, premier problème. Les metalleux sont forcément des gens qui ont vécu un truc horrible. What? Ok passe encore. Deuxième problème : quasiment dix ans plus tard, la meuf ne s'est toujours pas remise de la mort de son frère... je ne dis pas que c'est facile mais à voir son attitude on dirait qu'il est mort la semaine passée. Sérieusement je voulais vraiment me sentir désolée pour elle mais au final j'avais juste envie de lui mettre de grosses baffes. La trve rebelz attitude ça va bien deux minutes mais à ce que j'ai compris elle approche de la vingtaine quand même... Ensuite on enchaîne cliché sur cliché, que je ne peux pas vraiment détailler au risque de vous spoiler mais AU SECOURS quoi. (mention spéciale au curé qui m'a rappelé celui de La vie est un long fleuve tranquille lorsqu'il chante Jésus Revient (ce qui n'est pas vraiment positif niveau crédibilité)) J'ai vraiment dû m'accrocher pour réussir à terminer le visionnage.


Et pour finir, c'est Stonehearst Asylum qui a capté mon attention, motivée cette fois par la présence de Kate Beckinsale donc je suis amoureuse depuis que j'ai vu le premier Underworld. Le film est basé sur une nouvelle d'Edgar Allan Poe (que je n'ai pas lue donc je ne saurais pas dire si elle est bien restranscrite à l'écran). En lisant le synopsis je m'attendais à un film plutôt orienté vers l'horreur, allociné le qualifie en fait de thriller et en effet il n'y a pas vraiment d'éléments d'horrifiques dans ce film.
On y suit un jeune médecin fraichement diplômé qui a trouvé une place dans l'asile pour aliénés de Stonehearst. Il y rencontre le professeur Sylas Lamb (joué par Ben Kingsley, qui tenait déjà un rôle similaire dans Shutter Island !) qui lui présente les lieux. Forcément, il se rend vite compte que quelque chose cloche dans la façon dont l'établissement est géré...
Bon déjà il faut savoir que je suis amoureuse de l'Angleterre victorienne et de son esthétique, donc sur ce point là c'était tout bon pour moi. J'ai aussi une grande affection pour les histoires à base d'hopitaux psychiatriques (ce n'est pas pour rien que ma saison d'AHS préférée EVER reste la 2ème).
J'ai lu quelques critiques reprochant au scénario son manque d'inventivité, je ne suis absolument pas d'accord. Certes certains retournements de situation sont un peu attendus (surtout si vous faites comme moi l'erreur de lire le synopsis d'allociné qui gâche complètement la surprise principale - abstenez-vous, donc. C'est d'ailleurs encore pire pour le trailer qui révèle TOUT, idem évitez-le) mais ça n'a absolument pas entaché mon plaisir, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. Le tout tient très bien la route, je n'avais d'ailleurs pas du tout vu venir le plot twist de la fin.
Les acteurs sont brillants et attachants, j'ai d'ailleurs trouvé que Kate Beckinsale nous y montrait un jeu bien plus intéressant que dans les Underworld. (Et on retrouve aussi David Thewlis - Remus Lupin !) Bref, un film que je conseille !

12 commentaires:

  1. Oh ouiiiiiii merci pour m'avoir rappelé August:Osage County ! J'en avais vu la bande annonce qui m'avait mis l'eau à la bouche et je l'ai totalement oublié... J'aime énormément les huis-clos familiaux, de Festen à Carnage, je raffole de ces situations où les convenances se dégradent peu à peu jusqu'à ce que la vérité émerge sous sa forme la plus brute !

    Metalhead m'intriguait, principalement parce que c'était une forte recommandation d'Aleks. Toutefois ce que tu décris correspond à ce que je craignais un peu en regardant la bande annonce, à savoir un film indépendant qui s'enferme un peu dans son propre cliché. Mais la photo me semblait fort chouette et l'histoire du personnage principal m'interpelle, donc je pense que je me forgerai mon propre avis au visionnage !

    Enfin, j'étais passée sur Stoneheart Asylum comme un film potentiel d'un soir avant de finalement visionner autre chose. Tu fais donc bien de retirer mon attention vers ce film... Dis donc ça m'en fait trois de plus sur ma liste de films à voir grâce à toi, je te ferai part de mon avis quand ça sera fait :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il devrait te plaire alors! Il met en scène tout un panel de personnages différents, c'est une vraie réussie. Je note les deux titres que tu cites.

      J'avais tellement d'espoir qu'il soit différent ! Après oui il est très beau visuellement mais c'était loin d'être suffisant pour moi. Je veux bien savoir ce que tu en as pensé quand tu l'auras vu !

      Tu vois je tiens mes résolutions haha!

      Supprimer
  2. J'ai maté Metalhead cet été, j'avoue avoir été déçue aussi, mais par contre la photographie du film ♥.
    Stonehearst Asylum me dit bien, jvais voir si je peux le trouver :P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'il est très beau, mais c'est son seul point positif >< (A part les 3 mecs à la fin qui m'ont fait mourir de rire, même si ce n'était pas vraiment l'intention je crois...)

      Supprimer
  3. Pareil ici, j'ai été un peu déçu par Metalhead. J'ai trouvé la photographie très belle, mais la platitude du scénario m'a complètement déboussolé. Je veux dire, l’œuvre semblait prometteuse, et le personnage sur l'affiche avait quand même une bonne dégaine. Je pense que le passage avec le curé est effectivement celui qui m'a décroché complètement du film. C'est enrageant.

    En revanche je vais me mater August : Osage Country. J'aime beaucoup les films qui se passent dans cette atmosphère lancinante, et les drames familiaux sont toujours excellents, surtout lorsque des secrets se dévoilent derrière une apparence parfaite. Et la présence de Meryl Streep et Juliette Lewis sont de GROS arguments...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'affiche de ce film c'est vraiment de la publicité mensongère ! Quand on voit le passage du film duquel elle est tirée...

      Pour Osage Country, on dirait simplement que le rôle de Meryl Streep a été écrit exclusivement pour elle tellement elle est convaincante. Mais franchement tous les acteurs sont géniaux, et les personnages trèèès bien écrits.

      Supprimer
  4. J'ai vu Osage County et j'avoue qu'en sortant j'avais envie de me tirer une balle. Je ne savais pas quoi en penser. Il était à la fois, une ode à la vie de merde et au misérabilisme de l'existence, mais aussi d'une incroyable réalité, brute et rugueuse. La vérité nue, les émotions a vif, les non-dits qui écorchent l'âme, le tout exposé dans prendre de gants. Entre déni, méchanceté et espoirs perdus, c'était... Cruel. Mais j'ai aimé ce film d'une certaine manière. C'est un film que je retiendrai parmi ceux que j'ai vu l'année dernière en salles. Il est marqué, bien écrit, beau sans l'être, non édulcoré et surtout triste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas grand chose à rajouter, c'est une peinture pessimiste mais très réaliste en effet !

      Supprimer
  5. Toujours pas vu Osage County mais je compte bien le voir. Pour Stonehearst Asylum, je suis tout à fait d'accord avec toi, j'avais d'ailleurs fait un billet sur mon blog quand je l'avais vu. Il ne mérite pas ses mauvaises critiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ça m'a d'ailleurs étonnée de lire autant d'avis négatifs !

      Supprimer
  6. Je suis tout à fait d'accord avec toi sur la critique de Malmhaus, même si je dois dire que les éléments que tu soulignes sont ceux qui m'ont probablement le moins dérangés et la liste des problèmes et des clichés sont effectivement infinis.

    Néanmoins, c'est le seul film dont je me souvienne qui tient comme discours dans la bouche des parents sur une culture underground "Que ce n'est pas eux que l'on doit plaire, mais que lorsqu'il s'agit d'épanouissement, on ne doit penser qu'à soi".

    Ça paraît ridicule et évident comme message, néanmoins je ne peux pas t'en citer beaucoup d'autres qui en viennent à la même conclusion, et certainement pas ma mère dans la vie réelle. J'aurais aimé qu'elle le voie d'ailleurs juste pour cette scène cruciale, peut-être qu'elle aurait enfin percuté plutôt que d'alimenter ce mal-être et cette spirale sans fin de projection parentale sur leurs progéniture.

    En terme de film je pense par exemple au génial SLC PUNk qui conclut pourtant sur une touche parfaitement vomitive: "La rébellion s'effectue de l'intérieur, le reste c'est juste de l'extravagance vestimentaire". FUCK NO. J'ai cru que Metalhead allait droit dans le mur comme celui-là et que j'aurais envie de le gratter contre des graviers, heureusement l'honneur est sauf.

    Et puis j'aimais BEAUCOUP aussi le morceau final, l'alliance de la voix claire aux riffs lourds était juste brillante;

    https://www.youtube.com/watch?v=Y515oo5c6eM

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne voulais pas trop m'étendre pour ne pas spoiler mais effectivement la liste que j'ai faite est loin d'être complète !

      Après je suis d'accord avec toi. Le message du film en lui-même était honorable, bien que peut-être un peu maladroit, mais c'est l'exécution qui s'est avérée pire que ratée.

      Et j'ai beaucoup aimé ce morceau aussi ! (qui bizarrement passe encore mieux sans les images haha)(j'ai vraiment une dent contre ce film)

      Supprimer